Sensibilisation vélo à St-Brevin-les-Pins (44)

Les élèves de la classe de CM1/CM2 de l’école La Pierre Attelée à St-Bervin-les-Pins ont reçu une animation pas comme les autres!

Depuis quelques mois, Laura Daniel (de l’association Alisee) intervient à l’école de La Pierre Attelée à St-Brevin-les-Pins dans le cadre du programme Moby. Entre concertations au Plan de Déplacements Etablissement Scolaire et animations en classes, Laura mobilise et sensibilise les enseignants, parents d’élèves et enfants à la philosophie du programme Moby.

Ce matin, Laura s’est rendue à l’école et a dispensé une animation particulière, centrée sur la pratique du vélo, à la classe de Mme Claudine Dubray et sa remplaçante Julie, composée de CM1 et CM2. L’atelier commence toujours par un comptage: comment chaque enfant est venu à l’école ce matin? A sa grande surprise, 16 élèves sont venus en vélo, 1 à pied, 1 en bus scolaire et 5 en voiture.

 

Laura leur a ensuite demandé pourquoi, selon eux, la voiture était à éviter au maximum: «La pollution», «dans la voiture on est enfermés», «les voitures créent trop d’insécurité» et «le gasoil, ça sent vraiment pas bon!», sont les réponses qu’elle a reçues. A l’inverse, à la question «quels sont les avantages des modes alternatifs?», les élèves ont répondu : «à pieds on peut se défouler, courir, sauter!», «à pieds on peut retrouver des amis et partager un bon moment». «A vélo on est libre, on respire le bon air», «ça pollue pas» et «ça fait travailler les jambes». Sans oublier, également que le bus, «c’est aussi convivial» et «beaucoup de personnes peuvent y voyager».

En groupes de 5/6, les élèves ont ensuite été sensibilisés aux différentes parties du vélo et leur usage: le cadre, la roue, la chambre à air, le dérailleur, les freins, le guidon… et les équipements obligatoires par la loi française: le gilet jaune en campagne ou par temps de pluie, les lumières, réflecteurs, la sonnette, les freins et enfin le casque pour tous les enfants de moins de 12ans. Enfin, pour rentrer dans le concret, les petits groupes ont pu découvrir les panneaux de circulation et se renseigner sur les droits des vélos. En effet, jusqu’à 8 ans les enfants peuvent être à vélo sur le trottoir !

Après avoir appris ce qu’est un «céder le passage» et une «priorité à droite», c’est parti! Accompagnés d’un parent d’élève, de Monsieur Dubois (responsable collectivité sur le programme Moby et Chargé de mission mobilité à la CC Sud Estuaire), de Laura et de l’enseignante remplaçante, les élèves de CM2 ont tous pris leur vélo, leur casque, et ont effectué le trajet depuis l’école jusqu’au collège de St-Brevin-les-Pins. Ils se sont ainsi familiarisés avec un potentiel chemin qu’ils emprunteront à la rentrée prochaine.

Pendant ces vingt minutes aller puis retour, les élèves ont pu mettre en exercice leurs nouvelles connaissances acquises au cours de l’animation Moby et se rendre compte des dangers potentiels de la route. Comme l’a souligné l’un des élèves participant, «cela permet de devenir autonome». En effet, l’intérêt de la démarche Moby est aussi de permettre aux enfants de grandir dans un espace adapté et envisager plus d’autonomie dans l’espace public pour les enfants. A la fin de la sortie, les accompagnateurs ont remarqué qu’il manquait de la place pour que chacun puisse attacher son vélo dans l’école. Les actions qui seront menées dans le cadre du programme Moby porteront peut-être sur ce type d’équipement. Un grand bravo à l’enseignante de cette classe et à sa remplaçante,qui ont eu l’initiative d’organiser cette sortie et permis de lier Moby à cet événement.

L’envolée du vélo en France : marché, démocratisation et Made in France

L’utilisation du vélo explose en France :  du vélo taff au vélo école, un très haut potentiel

Les Français ont investi en masse dans la petite reine en 2021 : près de 2,8 millions de vélos ont été vendus l’année dernière. Les ventes de vélos ont connu une croissance de 4 % en volume et de 15 % en valeur par rapport à 2020.

Cette embellie se constate majoritairement dans les métropoles (+31 % en milieu urbain entre 2021 et 2019, contre +14 % en milieu rural sur la même période). Plusieurs grandes villes voient d’ailleurs de nettes progressions sur l’année : hors périodes de confinement, Lyon, Tours et Bordeaux ont enregistré 8 % de passages supplémentaires par rapport à 2020. Le « velotaff » qui consiste à aller au travail à vélo y est pour quelque chose. Le moment idéal pour les villes de mettre en place le programme Moby dans tous les établissements scolaires afin d’encourager le « vélo école ».

Cependant, qui dit davantage de cyclistes dit souvent davantage d’accidents, il faut donc absolument améliorer la sécurité des cyclistes en construisant plus de pistes cyclables et d’aménagements spécifiques.

Vélos électriques et vélos cargos, la démocratisation du vélo pour tous

En 2021, le marché a en outre été fortement porté par les vélos à assistance électrique (VAE), qui ont établi un nouveau record à 660 000 exemplaires vendus (+28% sur un an). Les VAE représentent désormais près d’un vélo sur quatre vendus en France. Ces derniers permettent une démocratisation de l’utilisation du vélo à tout âge ainsi que dans des zones vallonées.

Quelque 17 000 vélos cargo, utilisés pour transporter des enfants ou des marchandises, ont également été vendus, soit une augmentation de 50 % sur un an.

La production de vélos en France a aussi fortement augmenté en 2021, à 804 744 unités (+25%) dont près de la moitié sont des VAE, peut être l’opportunité pour le Made in France de se développer encore davantage.

A vos agendas : inscrivez vous au webinaire “Comment accélérer la transition énergétique sur votre territoire ?” le 17/05 à 14h30

Inscrivez-vous au prochain webinaire “Comment accélérer la transition énergétique sur votre territoire ?“,  qui aura lieu jeudi 17 mai de 14h30 à 15h30.

 

Webinaire animé par :

 

🔸 Cécile Vasseur, responsable marketing et commercial chez Eco CO2, qui vous présentera pourquoi les programmes Moby et Watty sont adaptés à toutes les collectivités et comment ils s’intègrent dans votre stratégie de transition écologique et deux collectivités témoigneront sur leurs retours d’expérience.

 

🔸 Julie Ruault, Chargée de mission transition énergétique et mobilité, de la Communauté de Communes Massif du Vercors, sur l’écomobilité scolaire

 

🔸 Gilles Marin, Syndicat départemental d’Energies de la Manche  (SDEM50) pour la mise en oeuvre du programme Watty sur 13 écoles et 75 classes sur l’année 2021-2022.

 

 

 

A Saint-Jean-de-Moirans, 28 classes engagées dans le programme Moby !

 

Saint-Jean-de-Moirans est un village à 25 km au nord de Grenoble dont la population actuelle de 3600 habitants a doublé en près 25 ans. Cela a entraîné des problèmes de circulation dans ce village ancien aux rues étroites, en particulier aux alentours des écoles, essentiellement le matin entre 8h et 8h30 et le soir entre 16 et 18 heures.

 

La ville a œuvré pour tenter d’améliorer la situation en créant notamment plus de parkings, en élargissant la zone de rencontre, en organisant des ateliers, des pédibus mais malheureusement le problème de circulation n’a pas disparu. Il s’est bien évidemment aggravé, et Saint-Jean-de-Moirans a saisi l’occasion de s’engager davantage lorsque le programme Moby lui a été présenté.

Fin 2021, les évènements de lancement ont eu lieu, sur chacune des écoles élémentaires et sur le collège privé pour mobiliser les élèves et leurs familles, afin d’avoir des volontaires pour les comités Moby. Le but de ces derniers est de mettre en place un Plan de Déplacement des Etablissements Scolaires (PDES) qui s’inscrira dans l’ensemble des autres actions d’aménagements du territoire.

5 classes élémentaires de l’école privée du Sacré Cœur et 11 classes élémentaires de l’école Vendémiaire, sont concernées soit 16 classes.

La sensibilisation à l’école du Sacré Cœur a eu lieu sous forme d’activités variées sur les enjeux de l’écomobilité, sur les différents moyens de transport ainsi que sur la sécurité routière.

 

 

Dans le collège privé du Sacré Cœur il y aussi 12 classes qui ont commencé le programme.

 

Au collège, la sensibilisation a lieu sur la pause méridienne des élèves qui s’inscrivent volontairement s’ils sont intéressés.  L’animateur a proposé aux élèves d’organiser une lecture du paysage pour comprendre comment le territoire est construit. Le 13 juin il y aura l’intervention d’un artiste qui réutilise les chaines de vélo usagés pour en faire des œuvres.

A Saint-Jean-de-Moirans, Eco CO2 collabore avec la structure partenaire, l’association Le Pic Vert, pour la mise en place du programme.

 

Les premiers comités Moby ont eu lieu le 2 et le 5 avril 2022 et la phase de diagnostic vient de se clôturer ce qui donnera lieu à un prochain comité Moby pour présenter les résultats de l’enquête.

Les écoles de Loos-en-Gohelle (62) se mettent à la mobilité douce !

En partenariat avec la commune de Loos-en-Gohelle, le CPIE Chaîne des Terrils s’engage auprès des enfants et de leurs parents pour une mobilité plus durable.

Les animateurs Ninon et Rémi sont intervenus, pendant deux semaines, dans les trois écoles élémentaires de Loos-en-Gohelle, touchant 18 classes du CP au CM2, soit près de 402 enfants.

Au programme : des activités ludiques, des jeux et des moments de partage, pour sensibiliser les élèves et le personnel de l’école à la sécurité routière et aux enjeux liés à la mobilité (santé, bruit, qualité de l’air, environnement et changement climatique).

Le programme Moby à l’école, développé par EcoCO2 et validé par le Ministère de la Transition écologique et par l’Ademe, a pour objectif de promouvoir la mobilité active auprès des élèves, des parents, des enseignants et de toute personne qui gravite autour de l’établissement (écomobilité scolaire).

Après cette première phase de sensibilisation, les premiers Comités vont avoir lieu courant Mars. Ils rassembleront pour chaque école les parents, les enseignants, la collectivité et les associations. Leurs objectifs : réaliser un état des lieux et réfléchir ensemble aux actions pouvant être menées.

L’avenir des plus jeunes est entre nos mains !

Lancement du programme Moby à l’école élémentaire Morand de Lannion dans les côtes d’Armor

Mardi 25 mai 2021, lancement du programme Moby à l’école Morand de Lannion.

La ville de Lannion encourage la mobilité active des enfants pour des questions essentielles de santé, de bien-être, d’impacts environnementaux ainsi que pour des aspects éducatifs et sociaux. 

L’écomobilité scolaire favorise l’utilisation des modes de déplacements actifs ou partagés (transport en commun et covoiturage) pour les trajets domicile-école et pendant le temps scolaire. Encourager la mobilité à pied et à vélo, c’est aussi aider les enfants à mieux connaître son quartier, à développer son autonomie. Construire ce projet au sein d’une école contribue également à tisser de nouveaux liens sociaux entre les familles et à favoriser l’entraide. 

La ville de Lannion, avec le soutien financier de l’Europe (programme Feader), a donc décidé d’engager 5 écoles dans le programme national Moby. Il s’agit des écoles de Servel, Woas Wen, Kroas Hent, Morand et du Rusquet. Des enquêtes distribuées aux parents puis des diagnostics permettront, d’ici la rentrée 2023 (le programme dure deux ans), d’établir un plan de déplacement propre à chacune des cinq écoles. Des actions de sensibilisation seront aussi menées dans les classes.

C’est donc dans ce contexte, que s’est déroulé l’événement de lancement du programme Moby à l’école Morand.

Les écoliers ont été invités à glisser un bouchon dans un des quatre cartons symbolisant le moyen de transport employé le matin même pour venir à l’école : en voiture, en bus, à pied ou à vélo. La phase de diagnostic est lancé de manière originale, une bonne manière d’attirer l’attention sur ce programme et de frapper les esprits ! 

 

C’est l’ULAMIR-CPIE du Pays de Morlaix, missionnée par l’entreprise Eco-CO2, qui est chargée de la mise en place du programme à Lannion.

 

Le programme d’écomobilité scolaire Moby est déployé par Eco CO2 et est financé à hauteur de 77% par le dispositif des Certificats d’Economies d’Energie (CEE).

Participez à notre jeu concours Facebook Moby Clic !

Dans le cadre de la semaine de la mobilité qui se tiendra du 16 au 22 septembre 2021, Moby lance un grand concours national sur sa page Facebook @moby.ecomobilite.  Appelé « Moby clic ! », ce concours s’adresse à tous les parents des enfants de 6 ans à 18 ans.

Ce concours vise à mettre en avant les déplacements scolaires actifs ou partagés, dans le cadre de la semaine de la mobilité. 

Le principe ? Prenez une photo de votre enfant sur son trajet scolaire : en vélo, à pied, en trottinette, en skate …peu importe, du moment qu’il s’agit d’un mode de déplacement actif ! Les 3 auteurs des photos les plus audacieuses seront récompensés. 

Pour participer :

Abonnez-vous à notre page Facebook @moby.ecomobilite
Likez le post faisant référence au Jeu Concours
Postez votre photo en commentaire avec le #mobyclic 
 
Règlement du jeu concours disponible ici
 
Le programme Moby accompagne les collectivités et les établissements scolaires (écoles élémentaires, collèges et lycées ) pour développer l’écomobilité scolaire. Pris en charge à 75% dans le cadre du dispositif des Certificats d’Economies d’Energie (CEE), il vise à favoriser l’usage des modes de déplacements actifs. Moby esy un programme validé par le ministère de la Transition écologique et par l’ADEME.

Le département des Hautes-Pyrénées, un territoire sensible à l’écomobilité et une première école engagée dans le programme Moby

Dans le cadre du déploiement du programme Moby à l’école Arc-en-Ciel, dans la commune de Bordères-sur-L’Echez, nous sommes allés à la rencontre d’Estelle Jourdan, Chargée de mission mobilité durable à la Direction Départementale des Territoires des Hautes-Pyrénées. Elle nous explique pourquoi la démarche Moby est intéressante pour son territoire.

L’encouragement des collectivités territoriales à favoriser l’écomobilité a été mis en avant dans différents rapports publics et s’inscrit dans plusieurs plans d’actions nationaux. Comment voyez-vous votre mission en lien avec cette évolution ?

Je travaille sur le poste de Chargée de mission mobilité durable à la Direction Départementale des Territoires des Hautes-Pyrénées. A ce titre j’accompagne les porteurs de projets et je fais la promotion de la politique publique de la mobilité durable à l’échelle du département des Hautes-Pyrénées.

 

Je suis le relai local de l’État sur le territoire. L’encouragement des collectivités à favoriser l’écomobilité passe d’abord par l’acculturation à cette nouvelle thématique, cette nouvelle façon de voir nos déplacements. En DDT65, nous avons organisé, en partenariat avec les structures locales compétentes, des rencontres, des temps d’échanges sur le sujet de la mobilité durable : témoignage d’un ramassage scolaire à pied, d’autostop partagé, présentation du Plan d’Action des Mobilités Actives.

Estelle Jourdan

Les collectivités jouent un rôle clé dans le développement de cadres de vie propices aux mobilités actives et il est vrai que l’on sent une véritable volonté sur votre territoire de promouvoir l’écomobilité. Quels sont vos objectifs ?

Oui, c’est vrai que les élus de notre territoire rural sont sensibles à l’écomobilité. Les objectifs de la DDT 65 sont de faire connaître tous les dispositifs qui facilitent la mise en œuvre opérationnelle de l’écomobilité. Moby est un bon outil pour travailler sur le pôle générateur de déplacement qu’est l’école à l’échelle des communes des Hautes-Pyrénées. Moby est un dispositif clé en main qui apporte une méthode, un animateur, du financement… c’est bien pratique et utile pour accompagner les citoyens vers le changement de comportement et lutter contre l’autosolisme.

Aujourd’hui, quels sont les principaux enjeux de mobilité auxquels sont confrontées les collectivités de votre territoire ?

En 2019, la DDT 65 a réalisé une étude mobilité durable sur le territoire des Hautes-Pyrénées. L’enjeu de la mobilité scolaire a été identifié puisqu’on note que près de 9 déplacements sur 10 en lien avec les études sont internes au territoire. De plus ce public cible «  scolaires / étudiants » représente 20 % de la population.

 

D’autres enjeux mobilité sont identifiés dans cette étude : clarifier l’offre et les services de mobilité existants (transports en commun, covoiturage, modes actifs), trouver des solutions alternatives à la voiture individuelle pour les mobilités touristiques,  favoriser la réduction et l’organisation des déplacements quotidiens pour les pendulaires, accompagner les publics les plus fragiles vers une mobilité durable.

Quelles sont les caractéristiques des établissements scolaires pour lesquels vous trouvez particulièrement utile de mettre en place un plan de mobilité ?

Le programme Moby s’adapte à tous les établissements… il est autant possible de le mettre en place pour une école de 13 classes sur une commune de 5000 habitants que pour une école d’une classe en montagne, sur un village de 250 habitants en regroupement scolaire avec le village voisin. C’est le point fort de ce programme !

 

A ce jour, un programme Moby a été engagé avec l’école Arc-en-Ciel, dans la commune de Bordères-sur-L’Echez et cette démarche est en cours de validation dans quatre autres communes.

Quand j’explique l’utilité d’engager un travail participatif sur la mobilité scolaire, cela fait appel aux problématiques ressenties par les élus… qui du coup trouvent des pistes de solutions aux problèmes qu’ils constatent sur leur territoire.

Quelles sont pour vous les clés de réussite d’un plan de déplacements établissement scolaire ?

Pour moi, la clé de réussite d’un PDES est une bonne animation et l’organisation de la participation citoyenne. Les objectifs sont de sensibiliser, de faire réfléchir et d’accompagner au changement de comportement. C’est un maillon manquant, peu exploité à ce jour dans l’écosystème de la mobilité durable. Pourquoi construire des pistes cyclables ou des aménagements piétons, mettre en place du covoiturage ou de l’autopartage… s’ils ne sont pas utilisés, pas compris ? 

Que pensez-vous du programme Moby ?

Je pense que c’est un programme utile car il est nécessaire d’accompagner les citoyens au changement de comportement pour réduire nos émissions de GES, avec une méthode participative, bien financé (75 % de CEE), clé en main (un chargé de mission qui déroule le programme) et qui s’adapte à tous les types d’établissements. L’équipe Eco C02 est bien organisée et facilite activement la promotion de Moby.


Le programme d’écomobilité scolaire Moby se déroulera sur les deux prochaines années sur la commune de Bordères-sur-l’Échez et est financé à hauteur de 75% par le dispositif des Certificats d’Economies d’Energie (CEE).

L’ambition du Pays de Barr pour l’écomobilité scolaire

La Ville de Barr a affirmé sa volonté de devenir une “vitrine des mobilités de demain” comme l’indique l’article paru le 8 avril 2021 dans “Les dernières nouvelles d’Alsace“.

Ce souhait se concrétise déjà par des mesures pour développer l’utilisation du vélo dans la ville et autour de Barr. Depuis l’année dernière, la Ville de Barr propose des subventions pour l’acquisition de vélos et prévoit de développer le réseau des pistes cyclables.

C’est dans ce contexte que la Ville s’est engagée dans le programme MOBY.

Extrait de l’article intitulé “Grâce à l’aide de la Ville, une centaine de vélos achetés en neuf mois” paru dans “Les dernières nouvelles d’Alsace” :

“En matière de mobilités, nous avons des ambitions très élevées à Barr”, rappelle Gérard Engel. Cela ne concerne pas que le vélo, mais aussi l’écomobilité scolaire via le programme MOBY en vue duquel la Ville a signé une convention (englobant les trois écoles et les collèges de Barr).

Le planning et la mise en place opérationnelle pour les écoles élémentaires se dessinera fin avril avec la collectivité dont Gérard Engel, adjoint au maire de Barr, en charge de l’Environnement, des Mobilités et du Bien Vivre Ensemble, notre partenaire local Alternatives Carbone, cabinet de conseil en stratégie bas carbone, ainsi que Marie-Clémence, coordinatrice Eco CO2 sur le Grand-Est.

La brochure MOBY sur l’écomobilité scolaire

La nouvelle brochure MOBY est disponible.

Elle vous donne les informations clés sur le programme MOBY, destiné à favoriser l’utilisation des modes de déplacements alternatifs pour les trajets scolaires.

L’accompagnement des collectivités territoriales et des établissements scolaires (écoles élémentaires, collèges et lycées) est pris en charge à 75% dans le cadre du dispositif des Certificats d’Economies d’Energie (CEE).

Avec le soutien d’un chargé de mission, un kit méthodologique clé-en-main et l’expertise technique locale, MOBY permet de :

 

      • Comprendre les pratiques de déplacement et les enjeux spécifiques de chaque établissement,
      • Construire un plan de déplacements avec tous les acteurs concernés,
      • Impliquer et sensibiliser les élèves à l’écomobilité,
      • Assurer la pérennité des changements obtenus.

Connexion à l'espace connecté

moby écomobilité

Si vous rencontrez un problème pour vous connecter, veuillez vous référer à votre coordinateur.