Les contributions nécessaires dans un projet d’écomobilité scolaire – L’exemple de l’école Belle-Noue d’Epernay

De manière générale, un projet nécessite des soutiens ; un projet d’écomobilité scolaire suit cette règle.

Dans l’exemple qui nous intéresse, le premier soutien est celui de la collectivité. Tout d’abord, parce que c’est bien elle qui est à l’origine de ce projet et, ensuite, car jusqu’à la toute fin, elle s’est donnée les moyens pour le réussir. Quelques illustrations :

  • Les deux agentes de la collectivité étaient pleinement disponibles, motivées et exigeantes. Elles ont activement porté et encouragé ce projet, en ont été les relais en interne et en externe.

  • Deux élus ont assisté à presque toutes les réunions du comité Moby, avec le même intérêt, la même curiosité et implication. Le maire a participé à l’événement de lancement.

  • La collectivité a choisi une première action forte qui a généré des tensions. Elle a su les gérer avec détermination, tact et fermeté.

Le second soutien nécessaire concerne les enseignants et, plus largement, l’équipe éducative. Là aussi, avec chaleur et disponibilité, ces personnes ont pris leur part dans ce projet : en se rendant disponibles et en participant activement aux réunions, en accueillant de manière agréable les animations dans les classes et, enfin, en étant les relais vers les parents et enfants.

Les deux soutiens, absolument nécessaires dans un projet d’écomobilité scolaire, sont les enseignants et la collectivité : l’école Belle Noue d’Epernay a rassemblé les deux !

Vous aimerez aussi

Connexion à l'espace connecté

moby écomobilité

Si vous rencontrez un problème pour vous connecter, veuillez vous référer à votre coordinateur. 

Recevez nos actualités